Art & Photographie

KOVAVIEW : une artiste plasticienne qui lie dessin et musique

Dis-moi EMIE, Kovaview, c’est qui ? 

Kovaview, de son vrai nom Anne Cécile Kovalevsky, est une artiste plasticienne que nous avons découvert grâce aux dessins de concerts qu’elle a réalisé pendant l’Apérobarge organisé par le Cèpe Records en septembre 2020 ! Nous avons rencontré Kovaview pour en savoir plus sur ses débuts dans le dessin, son processus de création, ses inspirations et ses futurs projets !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par AC Kova (@kovaview)

E : Tout d’abord peux-tu te présenter en quelques mots ?

K : Je m’appelle Anne Cécile Kovalevsky, mon nom d’artiste c’est Kovaview, je suis artiste plasticienne. Je fais des dessins de concerts pendant les concerts au milieu de la fosse, c’est un peu comme les dessins de tribunaux mais dans une ambiance plus festive, artistique et musicale.

E : Comment as-tu commencé le dessin ? Et depuis combien de temps exactement ?

K : J’ai obtenu un bac ES, puis j’ai eu la chance d’être acceptée à Duperré (école d’arts appliqués). Pendant ces années d’études j’ai rencontré une fille qui était photographe de concerts et avec qui je me suis super bien entendu. On allait en concert tout le temps ensemble, et pendant qu’elle prenait des photos je ne savais pas trop quoi faire. Je n’avais pas envie de faire comme tout le monde et c’est à ce moment là que et je me suis lancée dans le dessin.

Entre les dessins de mes débuts et ceux que je fais maintenant il n’y a plus aucun rapport. Avant j’étais concentrée sur les visages des musiciens alors que maintenant je me concentre plus sur l’attitude générale. Puis après j’ai continué et vu que c’est un milieu que j’adore, c’était une façon pour moi de travailler dans ce secteur sans forcément chanter. Dans le dessin, il y a une certaine part de musicalité, la musique, le dessin et la peinture ce sont des langues qui communiquent entre elles.

CAGE THE ELEPHANT PAR KOVAVIEW
CAGE THE ELEPHANT PAR KOVAVIEW
E : Quel est ton processus de création pendant les concerts ? Comment arrives-tu à retranscrire l’ambiance du concert ? 

K : Je vais souvent à des concerts où je connais déjà les groupes, dans ce cas je sais où je mets les pieds. Par exemple en festival j’écoute souvent les playlists avant. J’aime bien découvrir sur le moment comme ça je n’ai pas d’idée préconçues sur ce que je peux dessiner. Ça m’arrive de voir des groupes que j’aime beaucoup et du coup je suis stressée parce que j’ai envie de faire un dessin cool où j’arrive a pas lâcher prise.

Avant le COVID j’observais pendant les 2/3 premiers chansons pour voir la manière des musiciens d’évoluer sur scène. Et après je dessine jusqu’au moment où je me dis stop. Je dessine rarement jusqu’a la fin du concert,  un moment ma page est un peu pleine ça m’arrive de commencer un deuxième dessin. Ça dépend de ma technique de dessin, si ça bouge beaucoup je vais décider d’utiliser un stylo à encre c’est plus rapide, il y a moins de détails et c’est plus abstrait.

En résumé un concert = un dessin et ça doit me prendre entre 20/25min. Si je suis entourée de pogos par exemple le concert de Rendez-Vous à la Cigale, ca bougeait dans tous les sens et c’est un groupe par lequel j’étais un peu intimidée. Il y avait une énergie hyper particulière, j’aime bien le dessin que j’ai fait et il est un peu différent de ce que j’ai l’habitude de faire.

RENDEZ-VOUS PAR KOVAVIEW
RENDEZ-VOUS PAR KOVAVIEW
E : Comment utilises -tu les couleurs (jeux de lumières)  sur tes dessins ? 

K : Pour la couleur la plupart de temps je la rajoute après les concerts, parfois de l’aquarelle (majoritairement) ou des pastels, en essayant de rester fidèle aux lumières qu’il y a eu pendant le concert, je me réécoute la musique. Puis tout le travail sur photoshop, ça doit me prendre environ 2h par dessin. C’est toujours un peu à l’instinct, le processus est beaucoup lié à  l’expérience. Je fais ca depuis 10 ans maintenant, à force d’en avoir fait pleins je sais ce qui fonctionne.

E : Comment choisis-tu les concerts auxquels tu assistes ? (Principalement scène indie rock française)

K : C’est des concerts qui sont assez accessibles où tu peux aller à la dernière minute, j’aime bien les choses spontanées. J’aime pas trop les grandes salles, tu es souvent trop éloignée de la scène. J’ai fait un concert de jazz dans la salle 36°, et c’est le type de concert que je n’avais pas fait depuis longtemps. C’était très cool et d’ailleurs j’ai vendu les 3 dessins du concert. Je suis ouverte à tous les styles mais si je dois choisir ce sera plutôt pop indé ou rock indé. Ce qui est cool c’est d’aller à des concerts comme La Grande Party ou des soirées sont organisées par des webzines. Ca me permet de voir les artistes quand ils ne sont pas encore connus et de parfois les revoir deux ans après et de voir leur évolution sur scène. J’observe ainsi la différence entre les deux dessins.

Depuis 9 ans je travaille avec Le Transistor qui est un webzine musical et avec ce média je demande à ma rédactrice en chef Agnes Bayou des invitations pour certains concerts et je dois aussi écrire les articles avec les dessins. Je raconte plutôt l’ambiance et comment s’est passé la soirée. Quand les gens regardent mes dessins, ils arrivent tout de suite à se replonger dans l’ambiance du concert. Au festival Pete The Monkey toute la journée j’avais dessiné et à force de boire du cidre à la fin de la journée, j’étais un peu pompette et il y avait ce concert d’Agar Agar où j’étais un peu portée par la musique. Mon dessin touche un peu plus à l’attrait mais ça témoigne de l’ambiance générale du concert.

PETE THE MONKEY PAR KOVAVIEW
PETE THE MONKEY PAR KOVAVIEW
E : Tu es passionnée de musique/culture, comment t’es venue cette idée de dessiner ? As-tu des artistes en particulier qui t’inspirent ?

K : Pas forcément directement en lien avec ce que je fais, mais je dirais Kandinski qui a beaucoup théorisé sur les rapports entre la picturalité et la musicalité. J’aime Paul K.. qui crée une sorte de symphonie de couleurs. Un artiste que j’ai découvert quand j’ai fait mon voyage à Prague, c’était mon premier voyage toute seule. J’ai visité beaucoup de musées et un moment j’ai découvert un musée qui s’apparente à Beaubourg. J’avais trouvé ça magnifique, tout au long de sa vie il est parti dans quelque chose de plus abstrait avec beaucoup de rythmes, des vibrations. Comme courant artistique , j’aime bien le futurisme, notamment avec la deconstruction du mouvement et de pouvoir le dessiner (mouvement de descente d’escalier avec un coté cubique).

« Je dirais que mon travail c’est plutôt l’inspiration d’un amoncellement de pleins de choses que tu as vu qui sont conscientes ou inconscientes et à la fin c’est ca qui t’inspires »
E : Quel est le premier concert que tu as dessiné ?

K : Je pense que ça devait être un groupe qui n’existe plus et qui s’appelait Laviolette c’était en 2009,  j’aime un peu recherché à mon idée de vouloir dessiner. Je me suis dit aller on y va, je ne me sentais pas très à l’aise, je me souviens qu’avant le concert je dessinais les gens qui attendaient, j’était toute seule à faire ca. Puis les gens viennent te poser des questions sur le dessin. J’ai continué, à l’époque ça me donnait une sorte d’assurance de savoir que j’étais là pour quelle chose, ce qui est toujours le cas maintenant.

J’ai la chance d’être bien entourée et d’avoir des amis qui m’offfrent la possibilité d’avoir des opportunités et qui ne m’ont jamais laissé tomber. Pourtant j’ai eu pleins de moments de remise en questions. C’est pour ca que je ne me force pas à dessiner, je n’ai pas envie que ce soit une contrainte. Mais quand on me demande de venir dessiner à un concert même si je suis très malade j’y vais, c’est le jeu.

E : Quel est le concert/ artiste que tu as préfèré dessiner ? 

K : Il y a des dessins dont je suis plus fière que d’autres mais je dirai le dessin du concert de WarPaint à La Cigale (Festival des Inrocks) et j’avais adoré ce concert, je trouve que le rendu est très beau. Le festival que j’ai beaucoup aimé c’était Pete The Monkey où j’ai eu la chance de voir Juliette Armanet . Isaac Delusion je me souviens de ce concert à la Maroquinerie d’un coté, j’étais contente du dessin, j’y suis allée avec des amis et c’est ca qui a rendu le moment encore plus cool.  Qui Va Piano Va Sano de Microqlima qui sont des concerts  très qualitatifs et beaux même si les concerts sont rapides. Ca fait des beaux dessins et des beaux souvenirs. Notamment la soirée l’Archipel de Microqlima qui était un de mes concerts préférés et à ce moment je dessinais sur une feuille A3 tous les groupes les uns après les autres sur la même feuille et ça faisait une grosse masse. Ca faisait sens d’avoir tout sur la même feuille et c’est un dessin qui est resté en noir et blanc. La dernière fois que j’ai compté (en 2019) j’avais plus de 400 dessins.

WARPAINT PAR KOVAVIEW
WARPAINT PAR KOVAVIEW
E : C’est pas trop compliqué pour toi de dessiner dans le noir pendant les concerts ?

K : Haha alors surtout quand les lumières sont à contre jour parfois j’invente.  Je me souviens de ce concert au New Morning de Caandides pour la création de Pedro Booking. C’était tout le concert en stromboscope et j’ai fais un peu avec ce que je voyais et ce que je percevais en terme de musicalité. Puis après quand j’ai refais les couleurs j’ai bien mis les carrés et les stromboscopes.

E : Quel est l’artiste ou le concert que tu aimerais dessiner ? 

K : J’aimerais beaucoup voir Ben Mazué, ou Marc Rubillé ce serait le style d’artistes qui me stresserait. Je ne sais pas si ca serait compliqué ou simple à dessiner. Ou des artistes plus importants comme Britney Spears !

E : Est-ce que tu aimerais par la suite travailler à l’étranger ?

K : Oui j’ai eu l’occasion de dessiner lors de voyages comme à Stockholm, à Prague et au Cambodge… Mais dernièrement je suis supposée rencontrer quelqu’un qui travaille à Dublin et qui serait intéressé pour que j’accompagne un groupe en tournée et c’est quelque chose que j’aimerai énormément faire.

E : Tu as organisé une exposition au Pop Up du Label avec Kim Giani, comment vous êtes vous rencontrés ? 

K : Le premier souvenir que j’ai de lui, c’est au Bus Palladium. Puis on s’est recroisé sur des soirées. Pendant le confinement j’ai organisé un jeu concours et c’est lui qui l’a gagné. J’ai mis du temps à envoyer le dessin et lui voulait absolument m’offrir quelque chose en échange soit une chanson, soit un dessin . On s’est rencontrés quand je lui ai donné le tableau et c’est à ce moment la qu’on a parlé de faire une exposition ensemble !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par AC Kova (@kovaview)

E : Tu as exposé dans pas mal d’endroits, est-ce qu’il y a un lieu en particulier ou tu aimerais exposer ?

K : Au Point Éphémère quand j’ai commencé a dessiner en concert « On Coupe Le Son » avec Nine Antico et Luz à ce moment là,  il y a eu une expo au Point Éphémère avec des artistes qui ont fait également des dessins en rapport avec la musique (BD, live). C’est un souvenir assez important pour moi.

E : Quels sont tes futurs projets ? (Concerts, dessins …) As-tu le projet de sortir un livre par exemple ? 

Il devrait y avoir une nouvelle expo courant de cette année. Le 7 avril au restaurant du Pop Up du Label, c’est la soirée organisée par Listen UP. J’ai envie de faire pleins de choses, c’était un peu l’arrêt pendant 2 ans. J’aimerai bien organiser une exposition collective dans un lieu alternatif.

C’est quelque chose auquel j’ai déjà pensé mais je ne serai pas vraiment par où commencer, soit un recueil de dessins ou soit un livre romancé avec des anecdotes, . Il faut déjà que je fasse le choix des dessins et que  je contacte un éditeur.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par AC Kova (@kovaview)

Merci beaucoup à Kovaview d’avoir pris le temps de nous rencontrer pour répondre à nos questions !

Vous pouvez la retrouver sur son site, Instagram et Facebook