Musique

PAM RISOURIÉ : un groupe de shoegaze mélancolique et contemporain

Dis-moi EMIE,  Pam Risourié, c’est qui ?

À l’occasion de la sortie de leur 3ème EP, nous avons rencontré Pam Risourié, un groupe de shoegaze parisien que nous avons découvert en septembre dernier lors de leur concert au Supersonic. Nous avons discuté avec eux de leurs débuts en tant que groupe, leurs influences, du tournage de leur dernier clip « So Be it Eternity » et de la sortie prochaine de leur album live « I Only Play For You Once a Year » !

E : Tout d’abord pouvez-vous, vous présenter ?

Rémi : Nous sommes Pam Risourié, un groupe de shoegaze qui se compose de Rémi (guitare/chant et également compositeur du groupe), Octave (guitare depuis l’été dernier), les jumeaux, Vincent (batterie/ basse), Antonin (guitare) ainsi que Max (basse /batterie).

E : Quels sont les artistes qui vous influencent ? (Sonic Youth, Slowdive …)  Des artistes ou groupes français ?

Rémi : Effectivement ce sont un peu des groupes références mais nous en avons beaucoup d’autres, majoritairement des groupes de shoegaze.

Octave : Nous ne sommes vraiment pas influencés par des groupes français, en effet la scène shoegaze est peu développée en France. Nos influences restent principalement anglaises et américaines, avec le shoegaze qui est originaire de ces pays. C’est compliqué, aujourd’hui il faut tout de suite donner des influences principales, pour donner des repères aux gens.

E : D’où vous vient cette passion commune pour la musique ?

Rémi : Je suis à l’origine de la création du groupe avec Vincent, Antonin et Gauthier (ancien guitariste). On a commencé à répéter pour enregistrer le 2ème EP « Noctessa ». Puis dès qu’on a commencé à faire des compos, on ne s’est pas trop posé de questions et on a voulu jouer ces musiques en concerts.

E : Vous jouez également dans différents groupes chacun de votre coté, qu’est ce que cela vous apporte ?

Octave : C’est une mauvaise chose à partir du moment où l’on arrive plus à gérer mais ça reste une richesse, et une preuve de créativité de pouvoir ouvrir ses inspirations et donner sa créativité dans plusieurs projets. C’est ce que j’aime dans le fait de jouer avec Rémi, je trouve d’autres choses que je ne fais pas dans les autres projets. En ce moment je travaille sur un projet seul et c’était un plaisir de pouvoir rejouer avec des gens et faire partie d’un groupe. On a pas encore fait beaucoup de concerts mais le seul qu’on a fait était tellement exceptionnel. Il y a beaucoup de choses qui se passent notamment l’enregistrement d’un album, c’est excitant. Rémi laisse beaucoup de place à chacun pour apporter sa propre patte, c’est assez ouvert, on s’entend bien !

E : Quels sont les thèmes majeurs que vous avez voulu aborder dans cet EP par rapport à vos anciens EP ?

Rémi : Le shoegaze en général c’est quelque chose d’assez introspectif et ça reste des thèmes comme l’idée des sentiments refoulés. Également des pensées et des choses qui se passent à l’intérieur de nous, qu’on va avoir du mal à exprimer et pas forcement envie d’extérioriser, une certaine timidité. Ce sont des choses qui se prêtent bien à notre musique, principalement la vie intérieure.

E : Notre coup de coeur personnel sur cet EP est « Holding You As A New Past », qu’est ce que raconte cette chanson ? Comment l’avez-vous écrite et composé ?

Rémi : C’est un EP que j’ai fait plus seul, en attendant la sortie notre album, qui est vraiment un projet de groupe. Le but était d’explorer de nouvelles choses et de nouvelles facettes qu’on ne va pas forcément exprimer en live, et également dans les compositions. Pour ce morceau « Holding You As A New Past », on a voulu aborder le thème de l’amour et du temps qui passe, avec les paroles assez minimalistes et répétitives.

E : Vous venez de sortir le clip « So Be it Eternity » quel est le message à travers ce clip ? Comment s’est passé le tournage ?

Rémi : On a tourné ce clip il y a plus de 2 ans à Helsinky, c’était pas si académique que ça, on est y allés avec Antonin et Max. L’idée de départ c’était de tourner un clip pour le précédent EP mais ça nous a pris plus de temps que prévu, entre temps d’autres morceaux sont sortis. J’ai habité 1 an et demi à Helsinki, j’avais aussi des amis là-bas et je voulais faire un truc avec de la neige, on a eu des problèmes de matos (VHS). Puis ça a aboutit à quelque chose de plus psychédélique et plus romantique, j’aime bien ce mot. Il y a eu aussi pas mal de travail en post-prod !

E : La dernière track de l’EP « The Movies In My Head » est composée uniquement d’une partie instrumentale et d’une voix en français, pouvez-vous nous en dire plus sur cette chanson ?

Rémi : C’est une piste bonus, qui sera juste disponible pour le vinyle. C’est un truc que j’ai enregistré avec Max à la batterie qui l’on a enregistré en même temps que « Night Flowers » notre première single. On voulait faire une piste cachée, c’est principalement de l’instrumentale, puis le soir même on a bu des verres avec des potes et l’idée c’était d’avoir un kaléidoscope de vie lamba.

E : On vous a découvert pour la 1ère fois au Trabendo en septembre 2020, c’était votre dernier concert, gardez-vous des bons souvenirs de cette soirée ?

Rémi : On garde un super bon souvenir de ce concert. On a vraiment eu de la chance d’avoir peu faire ça en 2020. On avait pas mal de pression aussi !

Octave : C’était mon premier concert avec le groupe, c’était un superbe souvenir. J’ai hâte de rejouer maintenant, en effet les morceaux ont pas mal évolués. Je pense qu’on est meilleurs aujourd’hui qu’il y a quelques mois. Au delà de tout ça c’était une belle fête, il y avait quelque chose dans l’air d’assez spécial même si le pays était déjà dé-confiné depuis un moment il y avait peu de concerts. On a eu l’occasion de voir des potes y jouer une semaine avant !

E : Vous avez également prévu de sortir un album live « I Only Play For You Once a Year » enregistré au Trabendo, pouvez-vous nous en dire plus ?

Octave : Oui le live a été enregistré, il va sortir sur cassette sur un label Hidden Bay Records et quelques exemplaires seront disponibles sur notre bandcamp. C’est un gars qui nous a proposé d’enregistrer le live, c’est ce qui fera la beauté de ce live et ça nous permet de nous remettre dans une ambiance concert.

Rémi : On est contents d’avoir une partie physique de ce concert qui était particulier.

E : Vous n’avez fait aucun livestream depuis votre dernier concert, est ce un choix de votre part ? Que pensez-vous de ce mode de consommation ?

Antonin : Je pense qu’il ne faut pas trop encourager ça, parce que les gens vont s’habituer à ce type de consommation. C’est un truc qu’il faudrait que personne ne regarde, que ça ne marche pas du tout.

Rémi : Je sais pas vraiment si les gens regardent, c’est un peu triste et puis ça marche peu et personne n’y croit.

E : Vous venez d’enregistrer votre premier album avec You Said Strange, pouvez-vous nous en dire plus sur cette collaboration ?

Rémi : L’album est en cours de finition, on enregistre la dernière session la semaine prochaine. On peut pas trop en dire pour le moment, on y retrouve déjà des morceaux qu’on joue en live.

E : Quels sont les artistes que vous écoutez en ce moment ? 

Anthonin : En ce moment j’écoute The Reffils, j’ai redécouvert un groupe de shoegaze Lilys

Rémi : J’écoute pas mal de métal, je dirais le dernier morceau de Gojira

Octave : J’ai découvert récemment la chanteuse Coco Reilly

E : Pour conclure avez-vous quelques chose à ajouter ?

Rémi : On espère pouvoir reprendre les concerts au plus vite !

Merci aux garçons de Pam Risourie d’avoir pris le temps de répondre à nos questions 🙂

Vous pouvez retrouver Pam Risourie sur Instagram et Facebook, leur nouvel EP « So Be it Eternity » sortira le 11 juin prochain !

Vous pouvez également retrouver les photos de leur concert au Supersonic : ici