Art & Photographie Cinéma

EMMA D’HOERAENE : une réalisatrice qui prône la dualité

Dis-moi Emie, Emma D’hoeraene, c’est qui ?
Emma D’hoeraene est une jeune réalisatrice ayant eu un court passage devant l’objectif avant de se décider à passer derrière la caméra. Elle nous parle ici de ses inspirations et de ses différents projets. On vous laisse découvrir !

 

E : Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Emma : Je m’appelle Emma D’hoeraene ( @britneyspritzz pour les intimes), je suis Cancer et mon chien s’appelle Iggy Pop ! Je suis réalisatrice de pub, fashion film, fiction etc…

E : D’où t’es venue cette passion et cette envie de réaliser ?

Emma : J’ai toujours été attirée par l’art. Étant hypersensible, un film, un tableau ou une musique peuvent me procurer des émotions très fortes. Donc mon chemin vers la vidéo s’est fait naturellement.
Au collège j’ai découvert la mode avec Helmut Newton, Guy Bourdin, J-L Sieff… et à partir du lycée j’ai joué dans des pubs, posé pour des photographes… J’ai réalisé qu’être devant l’objectif me mettait mal à l’aise mais j’adorais les tournages, réfléchir aux histoires et à la direction artistique, alors je suis passée de l’autre côté de la caméra. Je pense que cette expérience a développé mon empathie pour les acteurs et ça m’aide énormément pour les diriger.
J’ai réalisé très vite que la vidéo m’était vitale pour extérioriser mon trop plein d’émotions. J’ai alors fait l’ESRA (école de cinéma) et pour la première fois, j’ai aimé les études !

E : Nous t’avons découverte avec le clip « Je suis Fan » que tu as réalisé pour Alice et moi. Peux-tu nous parler de ton processus créatif et comment tu travailles avec Alice et moi en particulier ?

Emma : Mon processus créatif évolue en permanence, je me remets tout le temps en question, parce que je ne suis jamais satisfaite. 
Je suis nourrie par les expositions, les films, la musique, la mode et je pense que quand j’ai un projet, tout ce que j’ai retenu de cette culture se mélange et m’inspire. Mes projets s’accordent aussi beaucoup à mes états d’âmes du moment, les thèmes qui me travaillent.
Avec Alice, on a une relation de confiance. On s’amuse, on teste des choses, et pour moi c’est vraiment ça l’intérêt de faire du clip : expérimenter.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par emma d’hoeraene (@britneyspritzz)

E : Tu réalises également des projets personnels comme « L’effroyable Influenceuse » qui met en avant l’impact des réseaux sociaux sur l’humain. C’est un sujet que tu aimes aborder, que souhaites tu démontrer ? Tu détournes ce sujet sur le ton de l’humour, pourquoi ce choix ?

Emma : J’adore analyser les humains. Je suis fascinée par toutes ces choses absurdes que l’on fait sans avoir de recul et les réseaux sociaux regorgent de ces comportements. On s’imite, on se met en scène, on se crée un soi idéal…
Je me met toujours à la place d’un être qui ne viendrait pas de notre planète et qui nous observerait comme des animaux. 

L’humour me permet de prendre du recul sur les gens et moi-même. Je ne veux pas écrire de drames moralisateurs, j’aime nos failles et contradictions.

L’EFFROYABLE INFLUENCEUSE from emma d’hoeraene on Vimeo.

E : Tu réalises aussi des vidéos pour des enseignes comme Kérastase, réaliser des pubs est un travail différent, qu’est ce qui t’intéresse là dedans ?

Emma : D’abord, c’est agréable que les projets soient variés, passer de la pub, au clip, à la fiction… Et bizarrement, j’aime bien travailler avec les contraintes de la pub. Il faut connaître la marque, les attentes du client, le produit… Gérer les besoins et les peurs de chacun, car il y a un enjeu financier.
 C’est un travail extrêmement minutieux qui réunit une grosse équipe. Mais généralement ce sont des tournages confortables, on travaille dans de bonnes conditions, sur un labs de temps court. Le court-métrage c’est un travail qui peut durer un an voir plus, et les conditions sont plus difficiles, les tournages sont roots, mais c’est plus enrichissant mentalement. Moi j’ai besoin de faire de tout pour ne pas m’ennuyer.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par emma d’hoeraene (@britneyspritzz)

E : On adore les anecdotes ! As-tu une situation inédite qui est arrivée pendant un tournage et dont tu pourrais nous parler ?

Emma : Il faut savoir que les tournages ne se passent jamais comme prévu. Il y a toujours un problème technique ou humain, de la pluie quand on shoot dehors, un/e mannequin qui décommande à la dernière minute, un plan qui ne fonctionne pas comme on l’imaginait… Plus rien ne m’étonne aujourd’hui !

E : Comment te définirais-tu en tant que réalisatrice, qu’est-ce que tu aimerais que les gens retiennent de ton travail ?

Emma : J’aime opposer la beauté de l’image et la violence des propos, parce que ça exprime bien cette dualité de la vie. J’aborde ces sujets avec second degré pour ne pas me prendre au sérieux. Mais je ne saurais pas vraiment me définir car je me cherche encore.
 Je fais des expériences pour savoir où j’ai envie d’aller, selon la personne que je suis à tel ou tel moment de ma vie.
 Idéalement, j’aimerais que les gens comprennent des choses sur eux-mêmes grâce à mes films, mais mes films préférés je les fais pour moi, pour tirer un trait sur une période de ma vie et avancer !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par emma d’hoeraene (@britneyspritzz)

E : Peux-tu nous citer des réalisatrices qui t’inspires, dont tu aimes le travail ?

Emma : J’adore le travail de Nadia Lee Cohen, elle a un univers unique. Mais pour être honnête, je ne me préoccupe pas trop de savoir si un film que j’aime a été réalisé par un homme ou une femme. Je pense que de toute façon pour réaliser un film il faut une sensibilité particulière, qui ne dépend pas du sexe. En revanche je pense que c’est important de faire plus de place aux femmes dans le milieu du cinéma, il y a trop peu de réalisatrices représentées.

E : Quels sont les projets à venir pour toi maintenant ? Un court-métrage ?

Emma : En ce moment je prépare une pub pour du parfum. J’ai aussi plusieurs idées en développement ! C’est la fiction qui m’importe le plus en ce moment, j’ai un court-métrage en cours d’écriture et j’espère avoir la chance que ça se concrétise. J’ai aussi un projet de clip en cours, pour un nouveau groupe, où j’ai carte blanche donc je m’amuse beaucoup !

Merci encore à Emma D’hoeraene d’avoir répondu à nos questions 🙂
Pour suivre la suite de ses projets rendez-vous sur son Instagram @britneyspritzz et son site emmadhoeraene.com.