Mode

AZUR : la vision artistique et sentimentale de l’artisanat

Dis-moi Emie, AZUR, c’est qui ?

Azur est une marque que nous avons découverte sur Instagram. Nous avons eu un coup de coeur pour leurs pièces plissées alors nous avons voulu en savoir plus. Pour cela nous avons interviewé les deux fondatrices Lisa et Lisa. Nous avons parlé artisanat, environnement, fournisseurs, production locale, éco-responsabilité. On vous laisse avec la suite !

E : Qui se cache derrière la marque ?

A : Lisa et Lisa. Nous sommes amies depuis 5 ans. L’une a étudié le design textile à Duperré à Paris et l’autre la communication visuelle à l’ECAL à Lausanne en Suisse. Nous avons toutes les deux travaillé dans la mode et la décoration (DA, set design) avant de lancer Azur.

E : D’où est née cette idée de créer AZUR ?

A : L’idée de créer Azur est née d’une envie de décroissance, un retour à l’artisanat et au fait main avec l’envie de produire localement des vêtements respectueux de l’homme et de l’environnement.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Azur (@azur.world)

E : Pouvez-vous nous parler un peu de la marque ? Qu’est ce que AZUR ?

A : Azur est une marque engagée dans la création durable de vêtements et accessoires femme et unisexe. Fondée en 2019 à Marseille, Azur célèbre l’artisanat et la fabrication française avec une vision artistique et sentimentale. Chaque vêtement est dessiné pour être simple, intemporel et conçu pour durer longtemps.

E : Vos pièces sont éco-responsables et produites à Marseille. Parlez-nous de la conception et des matières que vous utilisez ?

A : Nous utilisons exclusivement des tissus naturels bruts anciens, produits au début ou au milieu du 20e siècle. Nous les utilisons bruts ou nous les teignons artisanalement dans notre atelier grâce à des plantes tinctoriales. Les plantes tinctoriales nous permettent alors d’obtenir un éventail infini de couleurs solides, sans l’usage d’aucun polluant. Les vêtements sont ensuite confectionnés à Marseille avec du fils et des boutons manufacturés en France puis les pièces en soie sont plissées artisanalement à la main par deux sœurs dans le centre de Marseille, dans un atelier appartement à leur famille depuis 1922.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Azur (@azur.world)

E : On peut dire que AZUR est une marque réellement engagée et dans l’air du temps, combien de temps vous as-t-il fallu pour mettre en place le processus ? Les recherches ont du être longue pour trouver des fabricants français et notamment à Marseille. 

A : Nous avons lancé notre première collection il y a tout juste un an mais avons travaillé sur le projet encore une année avant ça. Nous nous sommes formées à la teinture naturelle et avons commencé le sourcing de nos matières premières. Le choix d’employer des tissus anciens est venu à un moment où il nous a paru presque impossible de sourcer des tissus de qualité 100% fait en France. L’étape la plus difficile a été de trouver des artisans qui croyaient en notre projet et nous faisaient confiance. Nous nous efforçons constamment d’améliorer notre pratique, en adoptant une production toujours plus respectueuse.

E : Vous proposez des articles plissés, ce n’était pas trop dur de trouver des ateliers et tissus éco responsable pour ces pièces en particulier justement ?

A : La première fois que nous avons rencontré les filles d’Hortencia (plisseuses et brodeuses à Marseille), d’abord pour parler d’une projet de broderie, nous avons découvert qu’elles étaient également plisseuses. En parcourant leurs échantillons nous avons eu un énorme coup de cœur pour le plissé main, qui donne cet effet irrégulier et froissé au tissu. Nous utilisons des soies anciennes qui ont été produites au Japon, en Chine ou à Lyon au milieu de 20e siècle. Elles sont ensuite plissées à la main et simplement fixées à la vapeur dans une étuve sans l’ajout d’aucune chimie.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Azur (@azur.world)

E : Vous utilisez aussi des colorants végétaux, si vous pouvez nous en parler également ? Combien de temps vous as-t-il fallu pour obtenir ce résultat ? 

A : Les textiles étaient teints avec des plantes jusqu’au milieu du 19e siècle où la teinture chimique à fait son entrée dans l’industrie.
L’archéologie a trouvé des traces de teinture textile datant du Néolithique. En Chine, la teinture avec des plantes, des écorces et des insectes remonte à plus de 5000 ans. Le processus habituel de la teinture a peu changé avec le temps. Le teinturier prépare la matière colorante par broyage, macération, filtrage, cuisson et autres procédés, avant de la diluer dans une cuve d’eau. Il y ajoute le matériau à colorer, puis chauffe et brasse jusqu’à ce que la couleur soit transférée. Depuis plusieurs années et grâce à un regain d’intérêt mondial pour la nature et l’écologie, ces recettes sont ressorties des grimoires. Nous faisons à petite échelle dans notre atelier, ce que les teinturiers savaient déjà faire il y a des centaines et des milliers d’années.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Azur (@azur.world)

E : Qu’est ce qui vous inspire principalement pour créer vos collections ?

A : Pour chaque pièce nos choix esthétiques sont dictés par les matériaux, les procédés de fabrication et un savoir-faire artisanal. Tout correspond à notre volonté de travailler de manière éthique, éco-responsable et locale. Chaque vêtement est conçu pour être simple, fonctionnel, intemporel et durable.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Azur (@azur.world)

E : Quels sont vos futurs projets ?

A : Nous souhaiterions intégrer d’avantage la teinture naturelle dans nos collections. Notamment avec l’usage de plantes tinctoriales sauvages locales avec l’aide de Emilie Fayet. Elle mène un travail de recherche et d’expérimentation dans cette direction. Nous souhaiterions également créer des pièces en maille avec de la laine française, qui est malheureusement aujourd’hui en France très souvent considérée comme un déchet et non exploitée. La plupart des pièces en maille Made in France emploient de la laine importée d’Australie ou de Nouvelle Zélande. Nous souhaitons proposer des pièces en maille française, de la fibre à la confection.

Merci à Lisa et Lisa d’avoir répondu à nos question sur Azur ! 🙂

Retrouvez Azur sur Instagram @azur.world et sur leur site !