Mode

GOOD MORNING KEITH : la marque francaise rock’n’roll et éco-responsable

Dis-moi EMIE, Good Morning Keith, c’est qui ?

Good Morning Keith est une marque éco-responsable française créée par Julien Aussel. Elle est inspiré des mouvements culturels et musicaux des années 60 et 70. Nous avons pu échanger avec le fondateur et directeur artistique de ses inspirations, ses influences liées à la musique, et son intérêt pour la mode éco-responsable. 

E : Tout d’abord peux-tu te présenter ?

J : Bonjour, je suis Julien Aussel, fondateur et directeur créatif de Good Morning Keith.

E : Comment t’es venue l’idée de créer ta marque ?

J : J’ai toujours été passionné par la confection, la photographie et la musique. L’idée m’est venue assez naturellement lorsque que je suis rentré au lycée. J’ai alors commencé à poser sur papier mes idées puis je suis allé déposer le nom et le concept à L’INPI, j’étais en première. Excepté celui de musicien, c’est le seul métier qui me fait rêver. C’est pourquoi, aujourd’hui, j’essaye de concilier les deux au maximum.

E : Combien êtes-vous à travailler au sein de Good Morning Keith ?

J : Nous sommes deux, Paulette (ma grand-mère), qui confectionne l’intégralité des bandanas et lavallières, et moi-même.

Blossom Scarf – Julien Aussel
E : Pourquoi t’inspirer des années 60, 70 pour tes créations ?

J : Ma grand-mère est passionnée par cette période et m’a transmis son goût pour la culture liée à cette époque. J’ai commencé à m’y intéresser durant mon adolescence puis je n’ai cessé d’alimenter ma passion pour la musique et les mouvements culturels des années 60/70.

E : Comment la musique t’a influencé dans la création de ta marque ?

J : Avec la photographie, la musique est une grande source d’inspiration. Chaque jour, chaque heure de la journée, la musique influence mes humeurs et mes envies. Elle me permet d’accentuer une émotion et de stimuler ma créativité.

D’ailleurs, je regarde énormément de live et j’essaye de me rendre à un maximum de concerts. C’est fascinant d’observer le style vestimentaire des artistes. Je pense que c’est un moyen d’expression supplémentaire sur scène. La musique va stimuler notre ouïe et les vêtements et les lumières, la vue pour une meilleure expérience. Je suis très attaché à l’idée de stimuler mon audience grâce aux sens.

Chemise John / Veste Hedi – Julien Aussel
E : Quelles sont les valeurs de ta marque ?

J :  À travers mon travail, j’essaye de mettre à l’honneur l’iconicité via la direction créative et l’éthique via le sourcing et la confection. Il est très important pour moi que mon activité est un impact minimum sur l’environnement.

E : On remarque que de plus en plus de marques se lancent dans la tendance vintage (Imparfaite, Maison Cléo…) comment arrives-tu à te différencier ?

J : Contrairement aux labels comme Imparfaite, je ne propose pas de vintage mais uniquement de la création.À travers Good Morning Keith, nous souhaitons avant tout proposer des créations uniques et éthiques inspirées d’un univers qui nous passionnent, sans forcément s’inscrire dans la tendance actuelle.

Via ma passion pour la musique et la culture des années 60/70, j’essaye d’insuffler à la marque, une direction artistique et un univers fort et cohérent. Ce sont souvent les principaux retours de mes clients, ils aiment se reconnaître et s’identifier à l’ADN Good Morning Keith. Pour ce qui est des autres marques, je ne regarde que très rarement leurs propositions. Je préfère m’isoler et travailler à partir de mes propres ressources.

Chemise Marie – Julien Aussel
E : Comment t’es venu cet intérêt pour la mode éco-responsable, fairtrade?

J : C’était une évidence. Pour moi, c’est inconcevable aujourd’hui qu’une marque de prêt-à-porter n’accorde pas une dimension RSE à sa production et à sa démarche créative. Nous sommes tous conscients du fort impact environnemental de l’industrie textile et si nous voulons continuer à exercer ces métiers, il est de notre devoir de s’impliquer et de faire attention à notre sourcing en favorisant les matières 100% organiques, les surplus et faisant attention à nos méthodes de productions.

Comme je vous disais, j’ai grandi avec ma grand-mère et sa passion pour la mode m’a toujours inspiré. À l’époque les marques de fast-fashion n’existaient pas et elle a toujours eue des pièces de qualité qui traversent les époques. C’est ce que j’ai toujours voulu faire, créer de l’intemporel, des pièces que l’on garde toute une vie grâce à la qualité des matériaux et au savoir-faire.

E : Apportes-tu une attention particulière à la provenance de tes matières premières ?

J : Absolument, nous pratiquons ce qu’on appelle de l’up-cycling, nous récupérons les tissus oubliés des maisons de mode et les revalorisons. « Rien ne se perd, tout se transforme », c’est le cas pour Good Morning Keith.

De plus, l’intégralité de nos t-shirts sont fait en coton 100% organique certifiés GOTS et FAIR WEAR.

E : Quel est le modèle phare de ta collection ?

J : De mon point de vue, il est très difficile de répondre à cette question. Disons que la création dont je suis le plus fier, c’est ma veste croisée. D’ailleurs, elle apparaît sur la couverture de L’Officiel Hommes Ukraine ce mois-ci.

L’Officiel Hommes Ukraine – Mai 2020

 

E : La plupart de tes créations sont unisexes, pourquoi avoir fait ce choix ?

J : C’est un choix qui s’est fait très naturellement car c’est tout simplement ma manière de m’habiller. Mon dressing est composé de vêtements aux coupes et matières masculines et féminines. C’est la vision idéale que j’ai de l’homme et la femme, celle d’un vestiaire partagé, où il n’y a pas de différences entre les genres.

E : Tu collabores notamment avec Temples, avec quels autres artistes souhaiterais-tu collaborer ?

La liste est longue mais je peux vous en donner quelques-uns : Foxygen, Spiritualized, Lemon Twigs, Kevin Morby, Tomorrow Tulips, Kurt Vile, Juniore, Biche

Temples
Temples
E : Tu as une boutique à Paris et tu as ouvert récemment un showroom, prévois-tu d’en ouvrir d’autres (notamment en Angleterre) ?

J : Pour la boutique à Paris, il s’agissait d’un concept store éphémère, nous avons ouvert pendant 3 mois l’été dernier. Aujourd’hui, pour découvrir la collection physiquement, il faut visiter notre showroom. J’ai pour ambition d’ouvrir une première boutique à Paris ou Londres. Cependant, cela reste aujourd’hui très compliqué pour une marque 100% indépendante de récolter les fonds nécessaires pour réaliser un tel projet.

E : Ta clientèle est-elle majoritairement française ou étrangère ?

J : Une majeure partie de ma clientèle provient d’Angleterre, plus particulièrement Londres, Liverpool et Manchester.

E : Tu vends principalement via ton site internet, pourquoi avoir fait ce choix ?

J : Je travaille avec quelques boutiques et avec un distributeur pour la Scandinavie. Je ne suis pas contre l’idée d’être représenté par des intermédiaires.

E : Tu fais participer ta communauté (Instagram) dans le processus de création de tes vêtements, les réseaux sociaux sont-ils un outil indispensable pour une jeune marque comme la tienne ?

J : Instagram est, selon moi, l’outil marketing et de communication le plus puissant. Il s’adapte parfaitement aux projets artistiques et permet, via ses fonctionnalités, de faire passer un message et d’engager une discussion avec sa communauté.

E : En cette période compliquée, aurais-tu 3 musiques à nous recommander ?

J : Avec plaisir, voici trois titres que j’écoute en ce moment :

We Won’t Die – Unisun
Feel Like We’re Dying – Johnny Goth
Sweetness – YES

Je vous invite également à découvrir les deux playlists que j’ai créé pour Good Morning Keith qui sont disponibles sur Spotify, je les ai également épinglés à la Une sur le compte Instagram @GoodMorningKeith si vous voulez les retrouver.

Merci à Julien Aussel d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Pour retrouvez les pièces de Good Morning Keith et sur Instagram @goodmorningkeith