Mode

MAËLYS – LUNE ORIANNE : créatrice de pièces originales et uniques

Dis-moi EMIE, Maëlys, c’est qui ?

Maëlys est une jeune créatrice de mode, nous l’avons découverte sur son instagram @lune_orianne. Elle y poste des photos d’elle portant ses nouvelles pièces uniques, on vous laisse découvrir !

E : Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

M : Je m’appelle Maëlys, je vais sur mes 19 ans et je suis actuellement étudiante en première année aux Beaux-Arts d’Angers. Mon médium de prédilection est le textile, mais à vrai dire on touche un peu à tout lorsque l’on s’oriente vers le domaine des arts. Pour me décrire en quelques mots, je pense être quelqu’un de très souriante, autonome et à la fois très triste et solitaire.

E : Quand est née ta passion pour l’art et la mode ?

M : Mes débuts n’ont rien de très artistique mise à part mes pratiques personnelles. J’ai passé l’année dernière mon BAC scientifique, avec l’option art, et je pense d’ailleurs avoir totalement saturé des sciences ! Manuelle depuis mon plus jeune âge, j’ai passé beaucoup de temps dans ma chambre, principalement à faire du scrapbooking durant mes années de primaire. J’étais aussi inscrite à de nombreuses activités périscolaires (couture, poterie, peinture…) et extrascolaires (basket, solfège, piano, guitare, orgue…) C’est vraiment toutes ces expériences qui m’ont donné envie de poursuivre mes études dans l’art.

Dans la mode, je m’y retrouve totalement. L’amour du vêtement, les mathématiques (principalement la géométrie dans l’espace), le côté manuel, qui est aussi devenu rare dans les autres formations proposées mais qui se retrouve dans le modélisme et le côté créatif omniprésent bien sûr.

E : Tu as appris à coudre seule ?

M : Malgré ce que les gens pensent, bien malheureusement, je n’ai pas de grandes compétences en couture. Je suis allée en juillet 2018 une semaine chez ma mamie, ancienne couturière et c’est elle qui m’a accompagnée dans mes deux premières pièces. Pour le reste, je me suis lancée chez moi en testant un peu tout et n’importe quoi dans l’espoir d’en obtenir un résultat satisfaisant, oups !

E : Quelle a été la toute première pièce que tu as créé ?

M : Si on remonte très loin je ne me souviens pas exactement de ma première pièce de couture, sûrement des coussins ou quelques chose comme ça lorsque j’étais en primaire. J’avais aussi fait une trousse entièrement réalisée à partir d’une quinzaine de fermetures à glissières !

La première pièce que j’ai faite dans le but de m’améliorer en couture était une combinaison en jersey rouge réalisée à l’aide d’un patron VOGUE. C’était loin d’être la pièce la plus simple et si je peux donner un conseil pour ceux qui veulent se lancer : commencez simple !

E : Comment tu procèdes lorsque tu as une nouvelle idée ? 

M : Pour vous parler de mon travail, il consiste principalement à réaliser mes idées abondantes sur mon temps libre (et bien souvent mes nuits).  Jusqu’à maintenant mes créations sont des pièces uniques, qui me prennent beaucoup de temps et d’argent. Je les réalise dans l’optique de rentrer dans une école de mode, en  espérant qu’elles leur tape dans l’œil ! 

Lorsque j’ai des idées je les garde généralement dans un coin de ma tête en attendant car, à vrai dire, j’apprécie peu le dessin alors je ne dessine pas vraiment mes créations au préalable. De plus, mes idées sont souvent vagues et je me les approprie au fur et à mesure de la réalisation.

Jusqu’à maintenant mes pièces me prennent entre 50 et 100 heures de travail, oui la fourchette est large ! Je sous-estime toujours le temps de réalisation, je pense toujours boucler mon idée en un weekend et ça n’a jamais été le cas, ça c’est ma spécialité haha !

Pièce en crochet
Pièce en crochet 
E : Nous trouvons tes créations vraiment unique et hors du commun. Comme si les pièces étaient travaillées comme de réelles œuvres d’art. Es-tu d’accord avec ça ?

M : Seulement mes pièces réalisées à l’aide d’un patron sont des pièces prêt-à-porter, donc pour répondre à la question, je pense que ma démarche se tourne plus vers des créations travaillées telles des œuvres d’art. Les pièces uniques c’est ce qui m’attire le plus.

Idéalement, j’aimerais travailler dans la Haute couture. C’est vrai que c’est un domaine où les créations ne sortent quasiment jamais des musées. Pour le moment mes créations sont loin du travail d’un atelier Haute Couture, d’ailleurs très peu de marques ont le privilège de porter cette appellation. 

Veste dentelle
E : Tu n’hésites pas à travailler des matières différentes, récemment tu as réalisé un sac avec du fil électrique et des sacs poubelles. Comment t’es venue cette idée Maëlys ?

M : Exactement, j’aime bien toucher à tout ! On associe la plupart du temps la mode au textile mais ma pratique est fortement influencée par mes pratiques artistiques. Mon idée peut partir de si peu..j’ai même mis du temps à déterminer d’où me venait l’idée de créer un sac à partir de sac poubelle.

Premièrement, j’avais déjà travaillé sur le croisement notamment pour mon pantalon en jean et je trouvais ce processus très intéressant. De plus je cherchais un moyen de réaliser des vêtements et accessoires de mode à partir de nouveaux matériaux. 

Pantalon-short en jean tressé
Pantalon-short en jean tressé

Réaliser ce sac en sac poubelle me permettait à la fois d’utiliser le croisement pour maintenir la structure, mais aussi de fondre ma matière pour supprimer toutes traces de couture.

Sac tressé en sac poubelle et fil électrique
Sac tressé en sac poubelle et fil électrique

Pour faire ce sac j’ai d’abord travaillé mes bandes de sac poubelle à plat, j’ai réalisé en quelque sorte le patron du sac, comme on le fait en primaire lorsque l’on essaie de construire un cube. J’ai ensuite repassé mon sac pour que l’intérieur soit lisse et « soudé » mais de façon à garder un effet matelassé à l’extérieur.

Enfin j’ai mis mon sac en forme en utilisant du fil électrique car je n’ai rien trouvé de plus efficace haha ! J’aimais beaucoup la couleur et la rigidité du fil me permettait de le travailler comme un anneau. C’est une idée de dernière minute je l’avoue, je pensais utiliser le fil de l’enclos de mes chèvres pour tout vous dire !

J’oubliais : j’ai réalisé les trous de mon sac avec une pointe et une bougie pour faire fondre le plastique, rien de bien professionnel comme d’habitude !

E :  Maëlys, en tant que jeune créatrice, pour toi faire de l’upcycling est une évidence aujourd’hui ?

M : Disons que je suis très sensible à ce qu’il se passe au niveau environnemental alors j’essaie au plus de limiter mon impact dans mon mode de vie tout comme dans mes pratiques. Le secteur de la mode est l’un des plus polluants et je compte bien continuer à valoriser la seconde main tout au long de mon parcours. J’aimerai d’ailleurs commencer à faire quelques friperies pour retoucher et vendre des pièces.

La difficulté est souvent de trouver une idée qui va de pair avec une pratique écologique, j’ai souvent besoin d’acheter des matériaux pour mes créations qui ne sont pas que textiles. 

J’espère qu’avec le temps les matériaux mis à ma disposition généreront l’idée et non l’inverse !

E : Quelle est la pièce dont tu es le plus fière aujourd’hui ?

M : Avec le temps que j’y  passe je suis vraiment fière de chaque pièce. Elles sont toutes différentes et elles m’apportent toutes une satisfaction différente. Mon top 3 serait sûrement la robe en coussinets et le pantalon-short en jean, ils m’ont demandé un travail monstre.

Maëlys dans sa robe coussinets
Maëlys dans sa robe coussinets

Ainsi que mon haut en tapisserie lumineuse !

Haut en tapisserie lumineuse
Haut en tapisserie lumineuse
E : Tu as aussi lancé une cagnotte leetchi pour lancer ta marque, c’est un projet que tu avais depuis longtemps ? 

M : Je me lance souvent sur un coup de tête. Quand je réalise un projet j’ai déjà la tête ailleurs en pensant aux 10 prochains à venir ! C’est un peu mon mode de fonctionnement mais le plus important est que chacun de mes projets aboutissent.

Le lancement de ma marque est une idée qui est venue et qui a mûri en une seule soirée, trois jours après j’avais trouvé le nom et des pistes pour le logo.

E : Peux-tu nous en parler un peu plus ? 

M : L’idéal serait de commencer ma prochaine année scolaire avec ma marque, mon site internet et aucune dette envers moi-même au vu de tout l’argent que mes projets me coûtent. Tout cela me permettrait de créer et de vendre mes pièces pour gagner de l’argent grâce à ma passion et non grâce à un job étudiant.

J’ai donc mis en place une cagnotte en ligne pour que les personnes voulant m’aider financièrement dans mes projets puissent y participer. Bien sûr l’argent n’est pas le seul moyen d’aider, quand je vois toutes les personnes qui partagent mes créations c’est aussi un énorme coup de pouce et je pense que ce qui reste le plus motivant sont toutes les personnes qui m’apportent un soutien moral pour dire qu’ils aiment ce que je créer, ça donne vraiment envie de continuer !

E : Quels sont les créateurs qui t’inspirent aujourd’hui ?

M : Je puise mon inspiration un peu partout, dans la mode, dans la sculpture tout comme dans mon quotidien. Je m’inspire aussi beaucoup de l’architecture et des photos que je trouve sur les réseaux.

Dans la mode j’aime beaucoup le travail d’Iris Van Herpen, Clara Daguin et Nicole MClaughin qui réalisent un travail vraiment innovant et aussi des créateurs comme Guo Pei, Ralph & Russo, Dolce & Gabbana, selon leur collection !

Nicole Mclaughlin
Nicole Mclaughlin
E : Quels sont tes projets futurs Maëlys ? 

M : J’aimerai vraiment commencer à vendre mes créations. C’est vrai qu’on me demande souvent si je vends ce que je fais et devoir répondre non m’insatisfait toujours autant. J’ai alors commencé une collection d’une soixantaine de sac, ce seront mes premières créations que je pourrai vendre !

A côté de ça, mon été est déjà bien planifié : j’ai décroché un stage d’un mois auprès d’une créatrice de mode et je pars 6 semaines en Angleterre pour améliorer mon anglais mais dans l’optique de réaliser ma première collection de pièces 100% upcycling ! J’espère que le Coronavirus ne plombera pas tous mes plans, pour le moment le vol de mon avion a été supprimé et le début de mon stage en avril n’a pas été maintenu, snif !

Merci à Maëlys d’avoir répondu à nos questions, on espère que ça ne sera que partie remise pour ses projets de cet été !

Retrouvez Maëlys sur son instagram @lune_orianne : https://www.instagram.com/lune_orianne/

Si vous souhaitez aussi la soutenir dans ses projets, voici la cagnotte pour l’aider au lancement de sa marque : https://www.leetchi.com/c/creation-de-ma-marque-lnrlakbl !