Cinéma

ARTHUR PEREIRA : un réalisateur avec des rêves plein la tête

Dis-moi EMIE, Arthur Pereira c’est qui  ?

EMIE a découvert Arthur Pereira sur Youtube il y a 5 ans lorsqu’il faisait des analyses de vidéos en tout genre sous le nom de NAWAK. Au fil des années ses vidéos ont évolué et sa chaîne compte désormais presque 95 K abonnés. Maintenant on peut y retrouver ses courts métrages et autres projets qui ont beaucoup touché EMIE.

Avant le confinement, nous l’avons rencontré dans un café du 10 ème arrondissement pour en savoir plus sur son parcours. Depuis cette rencontre nous avons reparlé ensemble de ses projets et nous vous partageons ces échanges aujourd’hui.

E : Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

A : Je m’appelle Arthur, j’ai 21 ans et je suis acteur et réalisateur. J’habite à Paris désormais mais je suis originaire d’un petit village à côté de Bordeaux.

E : Comment as-tu découvert cette passion pour le jeu et pour le cinéma ?

A : Quand j’avais 7 ans j’ai regardé Pirates des Caraïbes et ça m’a fasciné. C’est vraiment venu naturellement. Je faisais déjà des jeux de rôles avec mon frère à jouer aux  chevaliers ou aux pirates et au même moment ma mère m’a inscrite au théâtre. C’était vraiment dans la continuité des choses et je ne me voyais pas faire un autre métier que celui d’acteur. La passion pour la réalisation et la création est venue vers mes 13-14 ans. Quand j’ai voulu lancer ma carrière d’acteur je me suis rendu compte que ce n’était pas si simple que ça. Les projets ne tombent pas du ciel et l’attente était longue alors j’ai décidé de créer mes propres projets sur Youtube pour me mettre en scène. J’ai vraiment pris goût à l’écriture et la création au sens large grâce à ça. 

E : Tu as fais des études dans ce domaine par la suite ?

A : Non pas d’études de cinéma réellement. J’ai juste fais une école d’acteur pendant un an car je pense qu’on peut tout apprendre seul avec beaucoup de pratique mais il vaut mieux avoir un avis extérieur tout de même car c’est un métier qui demande beaucoup de travail et de maîtrise.

E : Tu as réalisé de nombreux projets seul sur ta chaîne Youtube et aujourd’hui ta chaîne compte presque 95K abonnés. Qu’est ce que cela t’a apporté ?

A : Tellement de choses. La première, je dirais que ce sont les compétences que j’ai pu acquérir, je connais mieux le domaine du son , de l’image etc maintenant. Ensuite ça m’a énormément apporté humainement. J’ai eu une notoriété assez soudaine à un moment donné, j’étais assez jeune et ça m’a appris beaucoup de choses. Ça m’a aidé à savoir ce qu’il fallait prendre ou ne pas prendre de cette petite notoriété. Je pense que si j’avais eu une plus grande notoriété à cet âge ça aurait pu être compliqué pour moi. J’ai aussi beaucoup mûri et j’ai pu me remettre en question sur de nombreuses choses. C’est aussi grâce à ça que j’ai eu des contacts, une visibilité, une crédibilité. Je sais que même encore aujourd’hui  je peux envoyer ma chaîne pour montrer mon travail, comme une sorte de bande démo.

E : Pourquoi tu ne postes plus sur cette chaîne ? Tu penses y revenir un jour ?

A : Je ne prends pas ma chaîne comme une entreprise comme le font les youtubeurs d’aujourd’hui. Cette chaîne c’est comme une extension de moi même. Quand j’ai une idée, quand j’ai envie de parler d’un truc ou de faire une connerie je le fais et puis c’est tout. J’ai un peu de mal avec le fait de poster du contenu constamment. Pour moi, nous ne sommes pas des machines. Personnellement, j’aborde la création d’un point de vue beaucoup plus artistique que ça. Je pense qu’il y a des moments où c’est important de prendre du recul, je me remets beaucoup en question et c’est pendant ces instants de retrait, de zone d’ombre, que j’ouvre ce qu’il y a de plus intéressant.  Ce n’est juste pas ma façon de fonctionner, faire une chose quand on a envie et qui tombe au bon moment ça me semble plus juste que d’en faire 100 qui sont un peu là par hasard. Bien sûr que je vais revenir, j’ai fais beaucoup de pause sur cette chaîne mais je reviendrai, je ne sais pas quand encore car je suis en écriture pour d’autres projets actuellement.

E : Le projet dont tu es le plus fière ?

A : Je dirais « Message à un amour perdu », car c’est la vidéo la plus personnelle que j’ai faite. Visuellement, esthétiquement, c’est quelque chose que je voulais exprimé depuis des années et ça m’a fait du bien de le sortir. J’aimerai même en faire quelque chose de plus long, en créer une vraie histoire, faire de ce petit extrait un film.

Il y a aussi « Un monde merveilleux« , le projet m’est venue en novembre 2018 et je l’ai réalisé 2-3 mois après. Il réunit tout ce que j’aimais et ce qui me faisait vibrer à ce moment là, la simplicité, l’esthétisme de l’image et la force de dire des choses à travers une image, le jazz aussi avec cette chanson que j’aime énormément ! Voilà ça réunissait absolument tout ce que j’aime. La simplicité de dire les choses, de la façon la plus douce et la plus subtile qui soi. J’en suis très fière car c’est pour moi la vidéo qui réussit le mieux le pari, la plus aboutie dans la création et la plus achevé. 

(Et c’est aussi le coup de coeur d’EMIE)

E : Tu peux nous parler de ton court-métrage « Nos rêves » ?

A : « Nos rêves« , j’en suis fière même si je ne le ferai pas de la même manière aujourd’hui, je ne sais même pas si je le referai aujourd’hui d’ailleurs mais j’ai tellement appris de choses. Avec mon équipe je trouve qu’on s’est bien débrouillé. On a donné quelque chose, qui pour moi, a de la gueule ! Je trouve que ce n’est pas mauvais pour un court métrage amateur d’un mec qui avait 18 ans, qui a fait ça avec des étudiants et avec peu de matériel. C’était cool et j’en suis fière. Je suis content d’être passé par là et d’avoir eu cette expérience avec ce petit film. Je ne le regrette pas du tout et ça m’apporte encore de la visibilité car c’est la vidéo qui a le mieux marché sur ma chaîne.

E : Tu évoques beaucoup l’idée des rêves dans tes court-métrages, c’est un sujet qui t’inspire ?

A : Oui ça m’inspire énormément. Je pars du principe que tu peux être inspiré uniquement par ce qui te fait vibrer, par ce qui trotte dans ta tête. Pour ma part, ce qui est la majeure partie de ma vie, ce qui est le fondement de ma vie et mes pensées ce sont les rêves, le fait de s’accomplir, le fait d’accomplir sa “destinée”. Ça a toujours été au centre de ma vie depuis que je suis gamin. J’ai toujours nourri ça avec une certaine cosmologie on peut dire. Pour moi quelqu’un qui ne rêve pas est quelqu’un qui est déjà mort j’ai l’impression, avoir des rêves c’est avoir de l’espoir et croire en cette vie pour la rendre encore meilleure et voir ce monde d’une meilleure façon aussi. C’est vraiment passionnant, trouver sa place dans le monde, tout ce côté spirituel, l’existence, l’humain. Plus on approfondit tout ça, plus on se délivre de ce manque de réponses et ça me passionne énormément. Actuellement c’est un peu entrain de me lâcher car je grandis et je trouve d’autres choses mais ça restera au centre de mon travail et de ma création ça c’est certain.

E : Quels sont les réalisateurs-réalisatrices ou les acteurs-actrices avec qui tu souhaiterais travailler ?

A : Pour les français j’aimerai vraiment travailler avec Maiwenn et Céline Sciamma. Nicolas Bedos aussi j’avoue, il m’a eu avec son dernier film « La Belle Epoque » alors rien que pour ça j’aimerai bien travailler avec lui. Il y a aussi Alexandre Astier et Alain Chabat. Je rêverais de bosser avec eux, aussi bien en tant que réalisateur qu’en tant qu’acteur, ça serait un pied monumental de jouer avec eux ! Sinon j’aime beaucoup Jean Jacques Annaud. C’est quelqu’un de très proche de la nature, de la relation de l’homme et la nature, et j’aimerai beaucoup faire un film qui défend un sujet comme il le fait si bien.

Pour les actrices je dirais Audrey Tautou. J’adore cette femme je trouve qu’elle a un charme de dingue et une prestance incroyable. J’ai découvert récemment Sandrine Bonnaire aussi, quand elle était ado dans les années 80 et j’aimerai beaucoup travailler avec elle. Noémie Leclerc, de la série « 10 pour cent« , je la trouve extrêmement talentueuse. Je réalise que j’ai envie de travailler avec beaucoup de femmes c’est marrant ! Pour les acteurs j’avoue que ces temps-ci je me découvre un certain amour refoulé pour Brad Pitt. J’aimerai beaucoup faire un film avec lui, ça me rendrait peut être homosexuel je devrais faire attention avec ma copine ! :rires:

E : Quels sont tes projets à venir ? 

A : Depuis que l’on s’est vu il y a eu du changement, je suis beaucoup moins dans le doute qu’avant ! Je suis plus inspiré, j’écris beaucoup, je réalise pas mal de choses, par exemple je pense mettre au secondaire l’acting. Sans que je m’en rende compte j’ai toujours pris plaisir à créer, mais sous prétexte de devenir acteur ensuite. C’était idiot de ma part car j’étais déjà entrain de réaliser mon rêve et de me réaliser pleinement en tant que créateur au sens large. C’est vraiment l’envie d’écrire, de réaliser, de mettre en scène et de jouer aussi pourquoi pas. Alors maintenant j’arrête de perdre mon énergie, mon temps et mon enthousiasme à faire des castings, à chercher à faire des projets qui ne me plaisent pas trop. 

En ce moment je suis entrain d’écrire une mini série. J’aimerai la proposer à certains de mes contacts pour espérer la faire produire. Ça serait l’histoire d’un mec qui part à la recherche du bonheur dans un monde qui visiblement ne le propose pas. En parallèle je travaille sur mon film, comme je disais ça serait la continuité de la vidéo « Message à un amour perdu » mais c’est sur que ce n’est que le début. 

E : Et ce confinement comment ça se passe pour toi ?

A : Je profite de ce temps pour étudier et approfondir des choses, j’étudie notamment le Bouddhisme. J’aime énormément le temps qui s’est libéré avec ça. Ça m’inspire pour mes projets futurs, qui vont être en lien avec tout ce que j’ai envie de dire et j’espère qu’en fin d’année quelque chose sortira ! Peut être pas sur youtube forcément mais je sens que j’ai envie de revenir cette année.

Retrouvez Arthur sur Instagram et sur Youtube pour découvrir ses court-métrages et suivre la suite de ses projets !