Art & Photographie

MATHILDE CHALAS : comment ses dessins l’ont amené jusqu’à Lanvin

Dis-moi EMIE, Mathilde Chalas, c’est qui ?

Aujourd’hui, EMIE vous présente Mathilde Chalas une artiste débordante de talents et vous fait plonger dans son univers street.

E : Comment t’es tu lancée dans le dessin ?

M : C’est une passion, depuis toute petite j’ai toujours dessiné tout et n’importe quoi. Par exemple, pour Noël, je dessinais les vêtements que je voulais. L’attente des cadeaux me paraissait tout de suite moins longue. Un jour, on m’a dit que j’étais douée et ça m’a encore plus motivé pour continuer et approfondir mes bases de dessin. C’est à partir de là que j’ai voulu prendre des cours.

E : Tu as pris des cours pendant combien de temps ?

M : J’ai pris des cours de 4 h une fois par semaine pendant 5 ans. C’étaient des cours d’arts appliqués dans une académie de dessin. Ce qui est bien avec l’art appliqué, c’est que tu touches vraiment à tout, tu travailles vraiment tous les types de dessins. En plus, le prof était incroyable, c’est grâce à lui que j’en suis là.

View this post on Instagram

#draw#woman#unboozart#nu#femme#fusain#workinprogress

A post shared by Mathilde (@___mathilde__________) on

 

E : Comment définirais-tu ton art ?

M : Dans ma vie je dessine plus pour les autres que pour moi. Mon dessin en lui-même c’est plus de la reproduction ou des compositions reprenant des photos ou des tableaux qu’on me demande. Après, dans le dessin libre, je dessine vraiment ce qui me passe par la tête ça peut être du psychédélique comme des vêtements ou des portraits de personnes que j’admire.

E : Ton art et ton style ont-ils des influences particulières (artistes, mode ou mouvement) ?

M : Oui carrément ! Après, je pense que t’es obligé d’en avoir pour développer ta créativité. Je mets beaucoup de street dans mes tableaux, j’adore tout ce qui est Old School du coup, je ramène toujours cette touche dans ce que je dessine. Mon influence, elle vient aussi bien de ce que je vois dans mon quotidien, que de ce qui se fait dans la mode actuellement. Je peux aussi bien m’inspirer de la dernière collection homme de Virgil Abloh que d’un jean que j’ai aperçu dans la rue. Je pense que tout ce qui est autour de moi à un impact sur mes créations.

E : Veux-tu faire passer un message à travers tes dessins ou dessines-tu juste pour le plaisir des yeux ?

M : C’est plus une émotion dans le regard des gens qu’un message que je veux faire passer. Je suis plutôt pessimiste dans la vie de tous les jours, je ne cherche pas à faire changer le monde parce que pour moi, il est déjà voué à l’échec. Je veux surtout que les personnes qui regardent mes œuvres ressentent quelque chose, un peu comme quand une odeur vous rappelle un souvenir.

E : Considères-tu le dessin plus comme un hobby ou comptes-tu vouloir finir par en vivre ?

M : Actuellement je dirais que c’est plus un hobby mais que je pourrais finir par en vivre. Plus tard, pourquoi pas faire un métier dans le tatouage ou alors dans la sérigraphie sur des vêtements.

E : Tu travailles aussi chez Lanvin en tant que modéliste junior, utilises-tu ton sens du dessin dans ton travail ?

M : Oui sous plusieurs sens. Dans un sens visuel par rapport aux proportions ça m’aide beaucoup. Si tu arrives à lire le dessin alors tu arrives à le reproduire en vrai. Dans un autre sens plus technique, afin de me faire comprendre à travers des croquis, des patronages, des imprimés…

E : Si tu devais choisir entre le dessin et la mode quel domaine choisirais-tu ?

M : Éperdument le dessin ! Même si la mode fait partie de ma vie, je me vois bien continuer loin dans ce domaine.

EMIE remercie Mathilde Chalas pour cette interview.

View this post on Instagram

… #couture#modelisme#fashion#work#dresscouture

A post shared by Mathilde (@___mathilde__________) on