Mode

CORA EMMANUEL : rêve d’un mannequin martiniquais

Dis-moi EMIE, Cora Emmanuel, c’est qui ?

Un mannequin qui se distingue par son élégance naturelle, qui a su séduire les plus grands créateurs, Cora Emmanuel ne quittent plus les podiums, mais aussi son ring. 

E : Raconte-nous ton parcours, qu’est ce qui t’a poussé vers ce milieu ?

C : En 3 ème, je me rappelle avoir entendu une pub à la télé à propos d’un casting pour un concours de mannequinat en Martinique mais je ne m’imaginais pas dans ce milieu, aussi car j’en n’y connaissais rien et cela me faisait peur. Il s’est avéré que je connaissais la gagnante de cette année-là.

Nous avons discuté et j’ai trouvé son parcours incroyable ! Et seulement en un an ! L’année d’après je me rappelle avoir vu la même pub à la télé pour le même concours. 

Ma maman m’a emmené après un cours de piano afin que je me rende compte toute seule et je me suis lancée ! J’ai tout de même attendu d’avoir fini le lycée avant de m’installer à New York 3 ans après.

E : Comment se sent-on une fois sur le podium ?

C : Le vêtement, la musique, les lumières, tout est créé pour mettre en scène une atmosphère propice à promouvoir la marque avec sa propre identité ! Si c’est un défilé avec un thème vestimentaire romantique, on se sentira très féminine et gracieuse ! Si la marque en revanche est plutôt garçon manqué, l’attitude sera plus dure, plus déterminée.

E : Raconte-nous ton meilleur moment dans le milieu du mannequinat.

C : C’est toujours très impressionnant de rencontrer les créateurs, ceux qui sont derrière les coulisses et créent le show ! Très inspirant ! J’ai aussi été dans de magnifiques endroits, où jamais je ne serai allée si j’avais choisi une autre direction professionnelle.

E : Le truc le moins glamour arrivé en plein show ? 

C : Mes pieds ont souvent saigné car les chaussures étaient souvent trop petites. J’ai aussi souvent perdu des cheveux, car la colle qu’ils utilisent pour coller des extensions afin de réaliser leurs looks, s’accumulait après avoir fait plusieurs shows en une journée et ma patience arrivait à son terme.

E : Comment ça se passe avec les autres mannequins ?

C : Le plus souvent, très bien, mais dans tout métier il y a des gens ou collègues avec lesquelles le courant ne passe pas… C’est pareil dans la mode !

E : Les créateurs avec qui tu aimerais travailler ?

C : J’ai travaillé avec presque tout le monde… J’adore Yves Saint Laurent et sa marque, ce qu’il renvoyait de son vivant (femme féminine, sexy et forte !) et même maintenant ! J’aurai adoré avoir eu l’opportunité de le rencontrer.

E : Qu’est-ce qui ne faut jamais oublier dans le milieu ? 

C : Ça va paraître cliché mais il est très très important de rester soi même ! Bien sûr, on grandit, on devient mature, mais notre essence de soi doit rester la même.

E : Quelles sont tes icônes préférées et tes sources d’inspiration ? 

C : Je n’en ai pas spécialement. Une femme forte, déterminée, sans peur de prendre des risques pour réaliser ses rêves professionnels ou personnels. L’art m’inspire souvent. 

E : Que conseillerais-tu à un futur mannequin ?

C : Soit patiente et soit juste envers toi-même, ne laisse pas les gens peu sûrs d’eux te dire qui tu es ou qui tu devrais être. Rappelle-toi que les différences (physiques ou non) font la beauté de quelqu’un ! 

E : Ton actualité, as-tu des projets en vue ? 

C : J’ai quelques projets en cours dont je ne suis pas autorisée à parler mais j’ai été dans les Sephora partout aux États-Unis ces derniers mois ! 

Après, les marques pour lesquelles je travaille sont américaines très souvent, car je vis à  New York.

E : Quelle est ta passion ?  

C : Mis à part la mode, je pratique beaucoup de sport, plus précisément la boxe, ça m’aide à me défouler et à me renforcer physiquement parce qu’enchaîner les shows, n’est pas de tout repos. Il faut avoir une bonne condition physique. Je ne fais pas de compétition, mais j’y suis régulièrement. La boxe est pour moi un sport qui apprend la vie.

E : Quel est ton rêve professionnel ?

C : Étant petite je voulais être pédiatre, ensuite architecte, aujourd’hui je ne sais plus, j’aime ce que je fais. J’espère juste rester le plus longtemps que possible mannequin. 

E : Et pour finir, EMIE voudrait connaître ta daily routine.

C : Je m’assure que ma peau est toujours hydratée ! Avec les saisons qui changent ma peau devient sèche très vite ! Il est donc important que j’y prête attention. Le soir je m’assure qu’elle soit très clean après une longue journée dans la pollution de Manhattan ou après un shoot photo pour lequel, très souvent, nous avons recours au maquillage parfois très lourd. 

Quand je sens que ma peau est irritée, je m’achète des masque hydratant coréen : J’adore !

EMIE remercie Cora Emmanuel pour cette interview.